Archive

Posts Tagged ‘veille’

Conférence : Veille informationnelle et identité numérique du doctorant 2.0

Dans le cadre des séminaires de l’ENeC, une conférence intitulée

« Veille informationnelle et identité numérique du doctorant 2.0 :

Quels outils pour optimiser sa recherche et la diffusion de ses travaux ? »

aura lieu le mercredi 30 mars 2011, entre 18h et 20h, salle 303, à l’Institut de Géographie (191 rue Saint-Jacques, 75005 Paris).


Objectifs :

  • Savoir comment et pourquoi maîtriser son identité numérique de chercheur
  • Connaître des outils permettant d’améliorer sa veille informationnelle.


Contenus :

L’intervention s’articule autour de deux points : la veille informationnelle et l’identité numérique du doctorant.

1. Des outils de veille : maîtriser les flux d’information

  • Qu’est-ce que la veille,
  • Présentation des flux RSS et des agrégateurs
  • Présentation des alertes
  • Le « social bookmarking »
  • Outil de gestion bibliographique

2. L’identité numérique du chercheur : de l’utilité et de la manière de faire connaître ses travaux

  • Quelques notions juridiques sur les licences
  • Le libre accès : auto-archivage et archives ouvertes
  • Les réseaux sociaux professionnels




Support de la conférence :

Carte heuristique dynamique en ligne (CTRL + pour zoomer, CTRL – pour dézoomer). Téléchargeable également en pdf.

Catégories :Etudiants 2.0 Étiquettes : ,

Veille Netvibes de Capcapes

Capcapes est un univers Netvibes proposant une aide à la veille en vue du concours du CAPES documentation.

Volontairement réduit, il permet de suivre de façon efficace les sites de référence sans trop disperser son attention.

Il est composé de 5 onglets :

  • Education : composé des flux RSS relatifs au système éducatif,
  • CDI : rassemblant des fils RSS de blogs et de sites Internet spécialisés sur la profession de professeur-documentaliste,
  • Listes de diffusion : E-Doc (non institutionnelle et non modérée) et CDIdoc (modérée par CRDP/CNDP),
  • Veille Diigo : reprenant l’ensemble des liens bookmarqués par des professeurs-documentalistes ou des professionnels de l’information-documentation,
  • Info-doc : permettant d’accéder aux actualités de différents blogs ou sites Internet spécialisés en information-documentation.

Il est à rappeler que la participation aux listes de diffusion (poser ou répondre à des questions) nécessite d’être abonné. Cependant, les suivre par flux RSS permet « d’alléger » sa boîte mail (jusqu’à 50 messages par jour).

Catégories :CAPES doc Étiquettes : ,

Flux RSS : définition et enjeux

Les flux RSS (Really Simple Syndication) sont des « fichiers dont le contenu est produit automatiquement, en fonction des mises à jour » du site émetteur d’information (Wikipedia).

Composés de liens cliquables, plus ou moins fournis (titre, auteur, date et/ou texte intégral) et renvoyant au site émetteur, s’y abonner permet de recevoir directement l’information actualisée d’une source (site Web, blog, social bookmarking…), sans avoir à la consulter sur son site d’origine. Ainsi, les flux RSS font partie intégrante du dispositif de veille informationnelle (méthode push). Ils permettent un gain de temps non négligeable pour l’e-veilleur.

Pour suivre l’évolution du contenu d’un site, il suffit de repérer l’icône orange sur le site, de cliquer dessus et de suivre les instructions afin de permettre la récupération dynamique des flux par un agrégateur. Il est également possible de combiner et de filtrer les flux RSS avec Yahoo Pipes.

Catégories :CAPES doc, Etudiants 2.0 Étiquettes : ,

Veille : définition et enjeux

Veiller désigne le fait de rester attentif sur une longue période afin de récolter des informations pertinentes relatives à un sujet précis, de façon continue et itérative. Elle s’oppose à la recherche ponctuelle, qui correspond à un état de l’art à un moment donné.

Cette action nécessite l’élaboration de stratégies, structurées autour de l’identification :

  • du besoin d’informations (le sujet), 
  • des sources à surveiller,
  • des outils à mobiliser pour récolter et analyser l’information.



Il existe deux méthodes de veille informationnelle :

  • pull : l’utilisateur va chercher périodiquement les informations dont la pertinence est évaluée au moment de la recherche. Ces informations peuvent ensuite être stockées via les outils de bookmarking.
  •  push : l’information est envoyée par la source, « poussée » de manière automatique vers l’utilisateur, en fonction des critères préétablis par celui-ci ; la pertinence de l’information est alors validée après réception. Cette méthode repose principalement sur les flux RSS et les agrégateurs.
Catégories :Etudiants 2.0 Étiquettes : ,

Outils de social bookmarking : comparatif de delicious, diigo et pearltrees

janvier 16, 2011 2 commentaires

On désigne par « social bookmarking » le fait de stocker, de classer et de partager des signets. Ces derniers, appelés également favoris ou marque-pages, sont des pages Web au contenu pertinent auxquelles on souhaite avoir un accès ultérieur facilité.

Cette activité participe pleinement à la veille informationnelle.
En pratique : Vos pérégrinations sur le Web vous ont amené à découvrir des sites/pages dignes d’intérêt. Au lieu de saturer l’espace « favoris » de votre navigateur (Mozilla Firefox, Internet Explorer…), vous enregistrez leur adresse  (c’est-à-dire leur url, du type : https://fenetresur.wordpress.com) sur une interface en ligne.

L’intérêt :

  • retrouver vos favoris de n’importe quel ordinateur connecté à Internet,
  • gérer une très grande quantité de signets,
  • découvrir des sites à l’intérêt similaire en navigant dans les favoris publics des autres utilisateurs.

Tableaux comparatifs des (principaux) outils :

Delicious.com

Diigo.com

Pearltrees.com

Caractéristiques générales

Partage de signets en ligne depuis n’importe quel ordinateur connecté au Web
– Classement par tags choisis par l’utilisateur,

– Voir les marque-pages des autres utilisateurs  et s’abonner à leur flux RSS,

– Possibilité de marquer les pages de façon publique ou privée,

– Possibilité d’exporter les signets d’un outil à l’autre.

Organisation des signets sous forme de carte heuristique, d’arborescence.

Points forts

– Communauté importante,

– Abonnement à des tags ou à des utilisateurs (directement sur Delicious ou via des flux RSS).

– Possibilité de créer des groupes privés ou publics pour le partage des signets,

– Possibilité de surligner et de commenter des passages de sites pour partager avec les autres utilisateurs,

– Possibilité de visualiser une capture d’écran du site indexé sans quitter diigo.

– Possibilité de se connecter à d’autres cartes et de les inclure dans ses propres cartes,

– Ajout de commentaires,

– Inclusion des arbres dans les mails ou pages Web,

– Possibilité de créer et de gérer des pearltrees en groupe via la fonction « faire équipe ».

Points faibles

Interface en anglais – Peu utilisé (service récent: décembre 2009),

– Présentation un peu « fouillie »,

– Pas de profil privé,

– Pas de flux RSS,

– Recherche par navigation plus que par mots-clés.

– Interface austère et peu claire

Avenir incertain

Peu diffusé.

Conseils

Etablir une liste des tags avant leur utilisation, afin d’en maîtriser l’utilisation.

Utiliser ce service pour donner à voir les liens logiques entre des thématiques, plus que pour archiver des liens.

Tutoriels

sur Bibliolab.fr sur le profil youtube de Pearltrees

Tableau inspiré et mis à jour à partir de celui de Nicole Corsyn

Catégories :Boîte à outils, CDI, Etudiants 2.0 Étiquettes : , ,