Gestion des manuels scolaires dans BCDI : pourquoi ? comment ?

juillet 7, 2018 1 commentaire

En attendant de pouvoir m’en débarrasser comme Grekova Parrot, les manuels du collège sont gérés avec BCDI, évaluation de l’état et impression de codes-barres compris. Petit retour sur les questions que je me suis posées avant et pendant la mise en place de ce système.

 

Pourquoi informatiser le prêt des manuels ?

Contexte : Quand je suis arrivée dans le collège, il y a 6 ans, les manuels étaient distribués par les CPE. Dans un tableau, avec en première colonne les noms des élèves de toute la classe et en première ligne les disciplines, les surveillants et CPE marquaient dans les cases centrales l’état des manuels remis. La distribution était assez rapide, mais la récupération était chaotique. Comme il était impossible d’identifier à qui appartenaient les manuels, le dernier jour, certains élèves piquaient des livres en réserve pour faire comme s’ils étaient à eux (on avait donc plus de retours que de retournés !), ce qui évitait aux chapardeurs d’avoir à payer un remboursement pour dégradation abusive ou perte. Certains allaient même jusqu’à voler les manuels de leurs camarades, notamment ceux en bon état. J’ai trouvé ça injuste par rapport aux élèves qui prenaient soin de leurs livres. Et quand les CPE ont muté, je m’en suis mêlée !

Dans un premier temps, j’ai tout exemplarisé à la main (aidée avec plus ou moins d’efficacité et de bonne volonté par les surveillants). Le problème, c’est que l’erreur étant humaine, il s’est avéré que parmi les milliers de manuels rentrés dans la base BCDI, une quinzaine de numéros ont été soit inscrits sur deux manuels différents, soit illisibles à la relecture. Ça a donné des couacs, mais les vols et les dégradations ont sensiblement diminué.

 

Pourquoi utiliser BCDI ?

Prendre l’initiative d’exemplariser les manuels, c’était me jeter dans la gueule du loup. Je suis devenue « cheffe manuels ». Alors pourquoi renforcer cette idée en passant par BCDI, le logiciel des profs-docs exclusivement ?

La première année durant laquelle on a expérimenté les manuels (juste pour les 6e), il s’agissait justement de tester et donc d’évaluer si l’exemplarisation permettrait la baisse des vols et des dégradations. Il était donc bien plus facile de faire avec les outils que je maîtrisais déjà et hors de question d’investir tant que l’efficacité n’était pas prouvée.

Cette année, et pour limiter les couacs de l’écriture manuscrite, j’ai voulu passer aux codes-barres. Et comme l’impression et le collage de ces derniers pouvaient se faire par une entreprise extérieure, je me suis dit que c’était l’occasion de passer le relais ! C’était sans compter les habitudes de commande de l’intendante, qui ne voulait pas changer de fournisseur pour les manuels. Le fournisseur en question a un partenariat avec une entreprise proposant un SIGB (système intégré de gestion de bibliothèque). On me propose donc une version de démonstration. Je n’ai pas du tout été convaincue. Le logiciel, même si possiblement accessible en version web (atout pour une connexion hors CDI), n’était pas du tout intuitif, ni multi-session (ou à un prix exorbitant). Or mon but est d’arriver à un partage de tâche avec les collègues. Du coup, retour sur BCDI, dont les fonctionnalités d’emprunt et de retour sont facilement maîtrisables par tout un chacun (cf. les élèves ambassadeurs du CDI).

Lire la suite…

Publicités
Catégories :Boîte à outils, CDI Étiquettes : ,

Infographie : Bilan d’activités du CDI 2017/2018

Comme chaque fin d’année, la question de dresser le bilan se pose. Le bilan permet de prendre du recul sur ses pratiques, d’avoir une vision d’ensemble des actions engagées et de communiquer sur ces dernières. C’est donc autant un outil pour le professeur-documentaliste lui-même, que pour l’ensemble de la communauté éducative.

Le problème, c’est que faire le bilan est chronophage et qu’en fin d’année, nombreuses sont les tâches à effectuer (récupération des manuels, inventaire, désherbage des archives…). Alors cette année, j’ai visé l’efficience : pas question de rédiger un rapport de 10 pages qui au mieux traînerait sur le bord d’un bureau pour être lu plus tard (cf. Bref, je remets tout à demain), au pire disparaîtrait dans le flot des emails reçus non lus. J’ai donc repris l’idée que des collègues expérimentent depuis quelques années : l’infographie !

 

Avantages : Une infographie ne dispense pas de réfléchir en amont au bilan que l’on a à dresser. La partie auto-évaluation reste nécessaire et primordiale. L’infographie synthétise l’essentiel en se passant des formules littéraires : on perd donc moins de temps à les écrire et à les lire. Par son graphisme coloré, c’est une forme qui attire l’oeil et la curiosité. Enfin, c’est toujours une façon de promouvoir ses compétences en TICE et par rebond de susciter des idées de collaboration pédagogique !

Inconvénients : Tout ne peut être intégré. Des choix sont donc à effectuer : ainsi, pour ma part, pas de mention des axes de la politique documentaire par exemple. Réaliser une infographie reste une tâche longue, afin d’associer au mieux forme et contenu (ici, 2h de mise en forme, à partir d’un modèle de base). Elle peut être difficilement imprimable, si elle n’est pas pensée dès le début en multiple de format A4.

Lire la suite…

Catégories :CDI Étiquettes :

Outils pour une veille avancée

Dans le cadre du PAF, j’ai mené une formation « de la veille à la curation de contenus » en février. Le support a peu changé par rapport à celui qui a été co-réalisé avec Elia Martinez et utilisé l’année dernière. Cependant, des ressources complémentaires ont été proposées via la plateforme M@gistere (plateforme nationale qui vise à hybrider les formations et à mutualiser les parcours). En voilà le récap’ !

FAQ technique :

  • Comment multiplier les sources, tout en se concentrant sur une thématique unique ? → Google news et Google Alertes
  • Comment intégrer dans Feedly (compte freemium) des flux RSS de Google ? → Rssmix
  • Comment ne pas rater les « meilleurs » tweets de la journée ? → The Tweeted Times
  • Comment suivre des tweets dans l’agrégateur de flux (sans compte Twitter et en contournant le proxy) → TwitRSS.me
  • Comment surveiller un site web qui ne propose pas de flux rss ? → Five Filters
  • Comment combiner, filtrer des flux RSS ? → pipes.digital

Lire la suite…

Catégories :Boîte à outils Étiquettes :

Séance « identité numérique et réseaux sociaux » avec le jeu Médiasphère

Dans le cadre de leur stage d’observation et de pratique accompagnée, John Bouvery et Cécile Ogoubiyi, étudiants en master 1 documentation à l’ESpé de Paris, ont réalisé une séance sur l’identité numérique et les réseaux sociaux à destination des élèves de 4e et de 3e. Ils ont accepté de mutualiser leur travail. Merci à eux.

La séance est née d’un constat de l’équipe éducative sur la nécessité de faire réfléchir les élèves sur leurs usages des réseaux sociaux. En effet, l’infirmière et les CPE nous ont remonté différents incidents sur le sujet : rumeurs, photos volées et comptes piratés, cyber-harcèlement…

Face à cette problématique, Cécile et John ont proposé d’utiliser le jeu de plateau Médiasphères, édité par Canopé, et découvert lors du salon Educatech-EducaTICE. L’objectif du jeu est l’éducation aux médias. Les questions permettent de créer une réflexion collective en donnant la parole aux élèves sur des situations proches des situations qu’ils vivent dans leurs échanges en ligne, notamment sur les réseaux sociaux. Le maître de jeu (professeur) aidé du livret d’accompagnement peut mener des débats sur des différentes catégories de questions (ma vie numérique, citoyen·ne numérique, connecté·e), compléter les réponses des élèves, clarifier des termes ou des notions et rappeler des lois sanctionnant des abus ou des cas de cyber-harcèlement.

La séance a été également l’occasion de revenir sur deux notions importantes en lien avec les réseaux sociaux et les effets dans les relations au quotidien, que ce soit au sein de l’établissement ou en-dehors : le droit à l’image et le droit à l’information.

 

Objectifs et mise en oeuvre

  • Cadre : Éducation aux médias et à l’information.
  • Objectifs : Savoir définir les notions d’identité et citoyenneté numériques.
  • Compétences : la formation de la personne et du citoyen – Adopter une attitude responsable – communiquer – échanger.
  • Niveau et contexte : une classe de quatrième et une classe de troisième, 1h par demi-groupe (sept à huit élèves).
  • Lieu : CDI
  • Matériel : vidéoprojecteur + souris sans fil, jeu Médiasphères.

Lire la suite…

Classe média 6e : De la revue de presse (façon conférence de rédaction) à l’élaboration d’une Une pour comprendre la hiérarchie de l’information

Cette séquence est la 6e du 1er trimestre de la classe média (6e) avec Laura Mougel. La journaliste Louise Tourret, marraine de la classe, rencontrait pour la 2e fois les élèves.

 

Modalités :

  • contexte : classe média
  • nombre d’élèves : 15
  • lieu : CDI
  • encadrement : 1 journaliste, 2 professeurs + 1 assistante pédagogique (collège REP)
  • durée : 2 x 55 min
  • matériel : vidéoprojecteur, fiche de synthèse des sujets, maquettes vides de la une (ou feuilles de brouillon à défaut pour la redessiner)

 

Objectifs :

  • Comprendre la notion d’événement médiatique et d’actualité
  • Identifier les éléments constitutifs d’une situation de communication (quoi, qui, où, quand, pourquoi, comment)
  • Développer un esprit critique vis-à-vis de toute information

 

Compétences :

  • Comprendre le sens général d’un article
  • Repérer les éléments de compréhension importants
  • Prélever des informations
  • Compléter un document (diapo type)
  • Parler à l’oral
  • Se poser et poser des questions
  • Classer et hiérarchiser des informations
  • Synthétiser une information (trouver un titre)

 

Lire la suite…

Classe média 6e : Evaluer la fiabilité des informations

Cette séquence est la 4e du 1er trimestre de la classe média (6e) avec Laura Mougel.

 

Modalités :

  • contexte : classe média
  • nombre d’élèves : 15
  • lieu : CDI
  • encadrement : 2 professeurs + 1 assistante pédagogique (collège REP)
  • durée : 3 x 55 min (moins 2×15 minutes pour la revue de presse)
  • matériel : vidéoprojecteur, ordinateurs (1 pour 2 élèves), fiche de synthèse, feuille d’analyse sur l’aigle.

 

Objectifs :

  • Distinguer fait, commentaire et opinion
  • Identifier les intentions des émetteurs
  • Identifier et évaluer les sources
  • Développer un esprit critique vis-à-vis de toute information

 

Compétences :

  • Utiliser des outils numériques
  • Synthétiser à partir d’un exercice
  • Poser et se poser des questions
  • Formuler et vérifier des hypothèses
  • Faire l’analyse et la critique d’un document

 

Lire la suite…

Classe média 6e : Médias et sondages

Cette séquence est la 3e du 1er trimestre de la classe média (6e) avec Laura Mougel. Après avoir vu ce qu’est une information, on a souhaité que les élèves s’interrogent sur ce que sont les médias (mass média) et sur leurs relations aux médias.

 

Modalités :

  • contexte : classe média
  • nombre d’élèves : 15
  • lieu : CDI
  • encadrement : 2 professeurs + 1 assistante pédagogique (collège REP)
  • durée : 4 x 55 min (moins 2×30 minutes pour la revue de presse)
  • matériel : feuilles A3, vidéoprojecteur, affiche témoin « la salle des professeurs à la récréation », photocopies d’une feuille quadrillée avec deux axes tracés

 

Objectifs :

  • Identifier et distinguer les différents types de médias (de masse)
  • Caractériser ses consommations médiatiques

 

Compétences :

  • Collaborer, travailler en groupe
  • Se poser des questions, poser des questions
  • Synthétiser des réponses, analyser
  • Savoir exploiter des données sous forme de graphique

 

Lire la suite…