Archive

Archives d’un auteur

Editer des cotes à code-barres dans BCDI

octobre 3, 2021 2 commentaires

Marre de vous arracher les yeux à déchiffrer les numéros d’exemplaire écrits en pattes de mouche ? Envie d’harmoniser les cotes de vos ouvrages et de jeter définitivement le feutre qui bave ? Vous avez une douchette (ou ne désespérez pas d’en avoir une un jour !), mais pas le budget pour acheter des milliers de code-barres en rouleau ? Comme moi !

Alors il y a deux ans, avec A. Bohelay et A. Paris, deux supers stagiaires, nous avons créé un modèle d’étiquettes avec l’éditeur de rapport intégré à BCDI. Ce SIGB propose déjà plusieurs modèles d’impression d’étiquettes, mais nous n’y avons pas trouvé notre bonheur. Nous voulions :

  • rentabiliser la planche à étiquette (24 étiquettes/planche)
  • associer cote et code-barres sur une même étiquette
  • centrer la cote sur une grande variété de largeur de dos de livre
  • faciliter l’association étiquette/ouvrage après impression, en rappelant sur chaque étiquette les premiers mots du titre.

Les étiquettes sont imprimées sur des planches A4 de 24 étiquettes adhésives de taille normalisée 70x35mm (exemple).

Lire la suite…
Catégories :CDI Étiquettes :

Infographie : droit d’auteur et exception pédagogique

septembre 26, 2021 3 commentaires

Dans le cadre d’un cours pour les étudiants de l’INSPE, j’ai réalisé cette infographie qui synthétise l’essentiel à retenir sur le droit d’auteur et l’exception pédagogique.

  • Qu’est-ce que le droit d’auteur?
    • Droits moraux et droits patrimoniaux
    • Les exceptions au droit d’auteur : courte citation, parodie, exception pédagogique
  • Conditions d’application de l’exception pédagogique par type de support et par voie de communication (en classe ou via l’ENT)

Accéder à l’infographie en ligne, réalisée avec Canva.

Catégories :Formation Étiquettes :

Infographie : identité numérique

septembre 26, 2021 Laisser un commentaire

Dans le cadre d’un cours pour les étudiants de l’INSPE, j’ai réalisé cette infographie bilan sur l’identité numérique.

  • Les 3 composantes de l’identité numérique :
    • Ce que je publie (traces intentionnelles)
    • Ce que je fais (traces non volontaires)
    • Ce qu’autrui dit de moi (traces héritées)
  • Identité numérique vs présence numérique
  • Protection des données personnelles : recommandations

Accéder à l’infographie en ligne, réalisée avec Canva.

Catégories :Formation Étiquettes :

Séquence classe médias 6e : fiabilité de l’information sur internet

Avec ma collègue Laura Mougel, nous avons organisé plusieurs séances autour de la fiabilité de l’information sur internet. En voici les principales séances.

Séance : circulation des rumeurs sur les réseaux sociaux (1h)

Objectif : analyser les modalités de diffusion d’une rumeur sur les réseaux sociaux

Déroulement : Cette séance s’appuie sur le diaporama, réalisé par ma collègue L. Mougel, sur la rumeur du report des vacances d’été 2020.

  • Présentation de 2 posts sur le même sujet. Répondre aux questions :
    • Qu’est-ce qui est annoncé ? (voir diapo 2 pour une lecture plus facile) → rumeur
    • Qui est l’auteur des posts et de quand datent-ils ?
    • Quelle est la source de cette info ?
    • Comment l’info est-elle présentée ?
    • Que signifient les petites icônes en bas des posts et à quoi incitent-elles ?
    • Quels sont les émoticônes possibles ? Que signifient-ils ?
  • Commenter les réponses aux tweets
    • Que savons-nous / que déduisons-nous des auteurs ?
    • Quelle réaction est associée à chaque tweet ?
    • L’information a-t-elle beaucoup circulé ? Sur quels réseaux sociaux ?
    • Est-ce qu’un des tweets donne des infos supplémentaires sur l’info ? Qui valide ou non l’info ?
    • Alors pourquoi les internautes partagent-ils leurs réactions ?
    • Qu’en déduit-on sur le fonctionnement des Réseaux sociaux ? → Interactions pour esprit de groupe
  • Conséquences :
    • Qu’est-ce qui est annoncé ? → démenti
    • Comparez les dates ? Comment expliquer cette répétition ?
    • Comment peut-on mettre fin à une rumeur ? → rumeur s’arrête quand on arrête de la diffuser
    • Comment qualifie-t-on ce type de post ? Viral / buzz
  • Conclusion
    • Comment peut-on réagir ? → vérifier la fiabilité en se posant des questions et en recoupant les informations

Bilan : il s’agit ici d’analyser ce qui fait qu’une rumeur se propage sur les réseaux sociaux et non d’évaluer la fiabilité de l’information. Les élèves savent de suite qu’il s’agit d’une rumeur : les vacances de l’année passée n’ont pas été reportées. On essaie de caractériser ici la rumeur sur les réseaux sociaux par sa vitesse et sa facilité de propagation, à l’inverse du démenti.

Séance : rôle des émotions sur les réseaux sociaux (1h30)

Objectif : comprendre le rôle des émotions dans la diffusion sur les réseaux sociaux

Cette séance a été imaginée à la suite de l’assassinat de Samuel Paty. Elle s’appuie sur un extrait d’article expliquant le rôle des réseaux sociaux dans l’attentat.

Déroulement :

  • Questionner les élèves sur ce qu’ils savent sur le meurtre de l’enseignant S. Paty.
  • Distribuer l’extrait de l’article « Lynchage de Samuel Paty sur les réseaux sociaux : comment réguler les algorithmes de haine », écrit par Nathalie Devillier et publié sur The Conversation. Lecture du document à voix haute et explication du vocabulaire. Attribuer à chaque groupe un numéro de paragraphe à synthétiser. Mise en commun de l’essentiel.
    • paragraphe 1 : Une rumeur intentionnellement polémique est à l’origine de l’attentat.
    • paragraphe 2 : Les posts qui engendrent de la colère sont les plus partagés.
    • paragraphe 3 : Les plateformes utilisent les désaccords pour augmenter le temps d’utilisation de leurs produits.
    • paragraphe 4 : Vérifier l’information demande de l’effort de la part des internautes
  • Distribution de l’infographie bilan sur l’utilisation des réseaux sociaux, à compléter collectivement.
Correction de l’infographie de synthèse sur les réseaux sociaux (à télécharger ci-dessous)

Bilan : Cette séance a lieu alors que les élèves ont déjà échanger sur l’attentat avec l’équipe pédagogique. Pour traiter le sujet sans que cela soit redondant, nous avons choisi l’approche via les réseaux sociaux.

Il est intéressant de faire remarquer que les interactions de partage et de like sont plus facilement accessibles (clic direct) que celles de bloquage et de signalement (au moins 2 clics) !

Séance : fiabilité des sites web : de l’importance de la rubrique « A propos » (1h)

Objectif : évaluer la fiabilité d’un site web

Déroulement : reprise de la séance Déclic critique sur le crocodile des égouts de Paris, proposée par le CLEMI

Bilan : s’il reste du temps, on peut demander aux élèves de trouver d’autres sites parodiques et leur média d’inspiration : Figaro & Le Gorafi, Sud Presse & Nord-presse

Séance : fact-checking à partir d’une vidéo YouTube (2h)

Objectif : évaluer la fiabilité d’une information en croisant les sources

Déroulement : Inspirée de la séance de chasse au canular collaborative, partagée par Raphael Heredia (académie de Besançon)

  • visionnage de la vidéo de l’aigle kidnappeur (video youtube)
  • identification du document collectivement (date, lieu, source)
  • brainstorming sur les indices permettant de vérifier l’information et la façon de chercher à y répondre, par groupe de 4, puis collectivement :
    • quel était le temps à cette date et à cet endroit ? → site météo du jour et jours précédents, à Montréal
    • Y a-t-il des aigles à cet endroit, à cette date ? → carte de la répartition des aigles dans le monde, en fonction des saisons
    • Est-ce qu’un aigle peut emporter un enfant ? → comparer le poids d’un enfant par rapport à celui des proies habituelles d’un aigle
    • Est-ce un montage vidéo ? → lecture à vitesse ralentie pour déceler les bugs potentiels (cf. paramétrage de la vitesse directement dans le lecteur YouTube)
  • répartition des thèmes par groupe de 2
  • mise en recherche (FICHE)
  • synthèse par groupe de 4, puis collectivement
  • cliquer sur “plus” de la présentation de la vidéo pour en afficher la description complète. Le fake est révélé.
  • bilan : Quelles sont les étapes pour vérifier et valider l’information ?
    • identifier l’auteur et la nature du document
    • Relever les éléments de l’information qui peuvent être vérifiés par des recherches croisées
    • Faire des recherches pour comparer les informations
    • Valider ou non l’information donnée
  • Présentation de quelques outils de fact checking : decodex (le monde), vrai ou fake (france info)

Séance bilan : fiabilité de l’information sur internet (2h)

Objectif : créer des ressources synthétisant les étapes de l’évaluation de la fiabilité sur internet

Déroulement :

  • Faire réfléchir sur le bilan des séances précédentes : qu’a-t-on appris ?
  • présentation de l’activité et de ses objectifs : réaliser une méthodologie pour évaluer la fiabilité de l’information à partager avec les autres élèves
  • Réflexion sur la forme de la diffusion : affiche au collège, instagram de la classe médias, lien sur l’ENT
  • En groupe (15 min) :
    • Distribution de deux publications (fiche bilan) (+ vidéoprojection en couleur)
    • A partir de ce que vous avez vu dans les séances précédentes et des questions soulevées par ces posts, lister les étapes à suivre pour évaluer une information diffusée sur les réseaux sociaux
  • Mise en commun par vidéoprojection, sous forme d’arbre décisionnel, réalisé avec Lucidchart (30 min)
    • impression et distribution
  • Mise en forme du bilan : posts instagram (via Canva), chatbot dans PCN, affiches papier
    • Répartition des groupes selon les types de production
    • Distribution des tutoriels pour les ressources numériques
    • Mise en activité
  • Communication des ressources créées

Liens vers le schéma décisionnel réalisé avec Lucidchart.com, le chatbot réalisé avec Landbot.io, les modèles canva.com pour réaliser les posts instagram (modèle 1 et modèle 2)

Bilan : cette séance de bilan demande un gros travail de préparation en amont :

  • brouillon du schéma décisionnel : pour orienter les élèves si besoin et s’assurer que rien ne soit oublié
  • création d’un compte élève canva en amont (le compte professeur est gratuit avec l’adresse académique) et création de modèles à modifier sur canva (en fonction du brouillon du schéma décisionnel) pour privilégier l’attention des élèves sur le fonds, plus que sur la forme
  • création d’un compte landbot pour le chatbot. Attention, au bout de 100 discussions/mois, le service en version freemium ne fonctionne plus. Communiquer très largement dessus risque donc d’être contre-productif.

Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes : ,

6e histoire : escape game La Malédiction de la momie (+ version numérique)

Pas de compétences en EMI ici, mais un escape game de découverte sur le programme d’histoire de 6e, pensé avec Laura Mougel, sous forme de challenge : créer un jeu qui se sert de l’émulation non pas pour la compétition mais pour la coopération, qui peut être joué simultanément par un groupe nombreux (3 x 6 élèves, soit une petite classe ou un un grand demi-groupe), et qui peut à la fois s’organiser en présentiel et en distanciel.

Modalités :
– niveau : 6e
– discipline : histoire
– nombre d’élèves : 12 à 18
– durée : 2 x 55 min de jeu (si demi-groupes) + 55 min de débriefing (classe entière)
– lieu : CDI
– matériel : vidéoprojecteur + enceintes, tableau blanc (pour noter le rappel des missions), tables organisées en 4 pôles, matériel des énigmes (un système de gommettes permet d’associer le bon matériel à chaque îlot) et décor. Tablettes pour la version numérique en présentiel ; outil de visioconférence permettant la répartition en salle pour une modalité distancielle.

Connaissances / compétences (programme d’histoire-géographie) :

  • Culture (religion, mythes, écriture) de la civilisation de l’Egypte antique
  • Composition / organisation de la société égyptienne antique
  • Repères géographiques de l’Egypte antique
  • Lecture d’une carte de géographie
  • Outils et méthodes des archéologues pour fouiller un site

Le scénario :
Les professeurs viennent de découvrir dans le grenier du collège une très vieille malle qui aurait appartenu à une ancienne professeur du collège, également égyptologue. Comme la découverte est exceptionnelle, les professeurs demandent aux élèves de réaliser une exposition avec les objets de la malle, exposition qui sera ouverte à tous (élèves, parents) et inaugurée par le maire. Bien sûr tout est très très fragile.
Mais en expliquant tout cela, une des professeurs fait malencontreusement chuter une stèle, qui se brise, déclenchant l’apparition d’une momie menaçante. Si son nom n’est pas rétabli en moins de 40 minutes sur la stèle, sa malédiction sera terrible !

En classe, la vidéo sert à la fois d’introduction, de minuteur et de final d’échec. Elle est intégrée dans l’interface Genially vidéoprojetée.

L’organisation :
Les élèves sont répartis spatialement, en trois groupes homogènes d’hétérogénéité (c’est à dire que dans chaque groupe, il y a autant d’élèves scolaires, peu scolaires, timides, agités…). Pour faciliter la mise en activité des élèves les plus en retrait, nous les avons désignés comme « relais », cette fonction étant identifiable par le port d’un foulard de couleur (1 par équipe). Le relais est le seul membre du groupe a pouvoir sortir de la zone de travail attribuée pour communiquer avec les autres équipes, manipuler la stèle, demander expressément un coup de pouce aux professeurs…

Les énigmes :
Chaque espace dédié à un groupe comprend au moins une table sur laquelle sont déposés une boussole (pour rappeler les points cardinaux), des morceaux de parchemins (permettant de reconstituer un puzzle), un livret de l’égyptologue rempli de notes, une boîte de fouille carroyée dissimulant, grâce à du sable, des tessons illustrés de hiéroglyphes, un pinceau, un labyrinthe sous forme de pyramide 3D, une carte postale, une publicité et une affiche.
Bien que le mode de résolution des énigmes soit identique à tous les groupes, les réponses en sont différentes. Cela permet à chaque groupe de trouver le statut, l’amulette ou le dieu vénéré de la momie, ainsi qu’une partie de l’information nécessaire pour identifier la cité par recoupement.
En cas de difficulté, les professeurs peuvent distribuer des énigmes complémentaires servant d’indices.

Lire la suite…
Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes : , ,

EMC 4e : des cartes à débat pour réfléchir sur les médias sociaux

Cette année, en tant que formatrice à l’INSPE de Paris, j’ai proposé aux étudiants en master MEEF documentation, dans le cadre du cours de culture numérique, de créer une ressource pour favoriser la réflexion collective et la prise de parole autour d’une thématique : des cartes à débat sur les enjeux des usages des médias sociaux.

Côté élèves : Les cartes à débats sont des assertions sous forme de phrases courtes illustrées, qui permettent aux élèves de se positionner sur « je suis d’accord », « je ne suis pas d’accord » ou « je ne sais pas ». A partir de ce positionnement initial, les élèves sont invités à argumenter les raisons de leur choix, lors d’échanges encadrés par le professeur.

Côtés étudiants / enseignants : Du fait du contexte sanitaire, les étudiants de M1 de cette année n’ont pas pu suivre en totalité la durée de stage d’observation et de pratique accompagnée (SOPA) initialement prévue. Pour y remédier, un atelier d’analyse de pratiques professionnelles (APP) a été mis en place : ils ont eu à construire une séance de prévention sur les usages des médias sociaux et leurs enjeux, puis la mener au sein de mon collège, auprès des élèves de 4e, lors d’un cours d’EMC (enseignement moral et civique).

Dans le cadre de la préparation de séance, après avoir expérimenté les cartes à débat pour en déduire les modalités de fonctionnement, et réfléchi eux-mêmes sur les points positifs et négatifs des usages des médias sociaux, les étudiants ont été amenés à créer chacun une carte en utilisant storyboardthat.

Storyboardthat est un éditeur de BD en ligne qui propose, en compte freemium, de créer 2 strips (1×3 cases ou 2×3 cases) gratuitement par semaine.

Tutoriel vidéo chapitré : 0:00 Storyboard That, quesaco ? 0:22 Disposition des cases 1:05 Choix et personnalisation d’un décor 2:00 Choix et personnalisation des personnages 3:25 Ajout de bulle de texte 4:30 Sauvegarder et partager son strip

Parmi les cartes élaborées, celles permettant d’évoquer à la fois avantages et inconvénients ont été sélectionnées pour être imprimées. Une version numérique, sous forme de diaporama, a également été mise à disposition.

Aperçu des cartes à débat à télécharger ci-dessous

BILAN : Lors de la séance d’1h, au collège, les groupes d’étudiants ont expérimenté différents scénarios pédagogiques. Parmi eux, ceux reposant sur le débat mouvant ont été les plus à même d’engager les élèves dans la « discussion réglée » (selon le terme utilisé dans le programme d’EMC).
En 1h, il n’est pas possible de demander aux élèves d’effectuer des recherches pour sourcer leurs arguments. Le risque est donc de basculer dans l’échange d’opinions et d’anecdotes personnelles. Pour limiter ce risque, le professeur-documentaliste doit répartir et dynamiser la parole des élèves, apporter des connaissances (grâce à un travail préparatoire en amont), ainsi qu’anticiper la façon de fixer les apprentissages (bilan, continuité).

Séquence classe médias 6e : les images dans les médias

Avec ma collègue Laura Mougel, nous avons organisé plusieurs séances autour du rôle des images dans les médias. En voici les principales séances.

Séance : analyse d’une photographie de presse, avec l’exposition Visa pour l’image

Objectif : analyser une photographie de presse en vue d’interpréter l’intention de l’auteur

Cette séance s’appuie sur l’exposition annuelle Visa pour l’image, dont une sélection de clichés est reproduite en grand format, en accès libre et à ciel ouvert, autour de la grande halle de la Villette. Pour être menée à bien, elle nécessite un travail de contextualisation en amont : les professeurs se rendent sur place, photographient les panneaux pour en permettre la vidéoprojection en classe plus tard et élaborent un document synthétisant les contextes de prise de vue à l’aide des dossiers explicatifs du site de Visa pour l’Image.

Exemple de contextualisation synthétique

Les élèves choisissent en binôme la photographie qu’ils veulent analyser et remplissent individuellement la fiche élève (reprise de la séance avec Dysturb) : « ce que je vois », « ce que je ressens », « comment j’interprète ». Quand les 3 premières parties sont complétées, les professeurs distribuent les éléments de contexte permettant de répondre à la partie 4 : « ce dont j’ai besoin pour comprendre ».

Aperçu de la fiche élève, à télécharger ci-dessous.

En classe, pour effectuer le retour sur la sortie :

  • Ecrire au tableau : en quoi la composition de l’image aide-t-elle à faire passer le message du photographe ?
  • Vidéoprojection des photographies de l’exposition.
    Intervention tour à tour de chaque binôme : présentation de la photo de presse choisie et étudiée lors de la sortie, en répondant à la question

Bilan : Cette sortie est prévue en septembre-octobre : c’est la première de l’année. Elle a l’avantage d’être à l’extérieur, ce qui facilite son organisation en temps de pandémie. Sans élément de contextualisation, il est parfois très compliqué de comprendre la démarche des photographes. Pendant le retour sur la sortie, il faut insister pour que les élèves ne lisent par leur feuille, mais la synthétisent, ce qui permet de meilleures interactions avec le reste de la classe.

Séance : les image d’information dans la presse (infographie)

Objectif : caractériser les différentes images utilisées dans la presse écrite et en expliquer les enjeux.

  • Constituer des îlots de 4 élèves
  • Ecrire au tableau, en 3 colonnes : Quels sont les différents types d’image ? / A quoi servent les images ? / Quelles informations accompagnent obligatoirement les images dans un article ?
  • Distribuer dans chaque îlot des journaux et magazines que les élèves sont invités à consulter et découper pour répondre aux 3 questions.
  • Faire une mise en commun, en affichant les exemples d’image découpés au tableau et en les légendant.
  • Distribuer la fiche élève et les vignettes à découper et placer sur l’infographie.
    Faire une mise en commun/correction avant d’inviter les élèves à coller les vignettes.
Aperçu de la fiche élève et de correction, à télécharger ci-dessous

Bilan : La forme de l’infographie est peut-être à retravailler. En effet, je voulais que les élèves la construise le plus possible pour qu’elle soit plus facilement retenue, mais choisir à la fois le pictogramme et la légende s’est révélé ardu. C’est pourquoi, je propose ici la séance en 2 étapes : d’abord réfléchir aux idées (en s’aidant des exemples des journaux), puis aux icônes à associer aux idées.
Il manque également dans cette infographie les images autres que d’information (notamment les publicités) et les images animées (vidéos) pouvant être utilisées par les autres médias. On peut faire réfléchir les élèves sur ces manques et ainsi aborder la complémentarité et le financement des médias.

Séance : Biais de l’image : manipulation du cadrage et du point de vue

Objectif : exercer l’esprit critique sur les photographies

A partir d’un diaporama vidéoprojeté permettant d’accompagner collectivement les élèves dans l’analyse de photographies de presse, ils complètent individuellement une fiche permettant de distinguer 3 types de biais/manipulations d’image liés au cadrage et au point de vue.

Par la suite, les élèves, répartis en 3 groupes, sont invités à réaliser eux-mêmes une série de clichés mettant en scène une même situation pouvant être interprétée différemment selon le choix de cadrage et de point de vue.

Pour finir, chaque groupe présente à l’oral ses photos (révision du vocabulaire de l’analyse d’une photographie : plan, cadrage, angle de vue), tandis que les autres élèves verbalisent leur interprétation et le type de biais utilisé. S’en suit une réflexion sur la nécessité d’exercer son esprit critique sur les images (photographies, vidéos…).

Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes : ,

Séquence 5e : Askip, des stories anachroniques autour de tableaux de portrait de famille

Cette séquence clôt le chapitre sur le thème « avec autrui : famille, amis, réseaux », initié par ma collègue de lettres, Jeannick Prunier, avec des élèves de 5e. Nos objectifs étaient de réutiliser le vocabulaire des liens relationnels, vérifier la maîtrise du conditionnel et réfléchir aux usages des réseaux sociaux. Pour cela, nous avons imaginé la création de stories (messages éphémères sur les réseaux sociaux) à partir de portraits picturaux de famille. Afin de se conformer à l’esprit réseaux sociaux, nous voulions utiliser l’humour en s’appuyant sur l’anachronisme, notamment langagier, avec l’utilisation de l’expression actuelle « askip » (pour « à ce qu’il paraît » + conditionnel). J’y ai ajouté des compétences EMI liées à la recherche d’information, notamment via la recherche inversée d’image.

Les productions finales sont mises en ligne sur la page dédiée au projet, sur esidoc. Je vous recommande particulièrement de jeter un œil aux portraits de Marie-Antoinette et ses enfants, d’Elisabeth Vigée Le Brun, Le Nouveau Né, de Georges de la Tour, American Gothic, de Grant Wood et la famille de l’artiste, d’Otto Dix.

Modèle de production finale attendue

Avec ma collègue, nous avons tout d’abord sélectionné sur un padlet des représentations artistiques de familles. Cette sélection a depuis été restreinte, car plusieurs représentations ne permettaient pas d’identifier précisément l’auteur via une recherche inversée, étape nécessaire pour citer les sources. Certains élèves ont eu beaucoup de mal à se décider pour l’un ou l’autre des portraits. Peut-être qu’un panel moins fourni permettrait aux élèves de consacrer plus de temps à l’élaboration de la production.

Les stories ont été mises en page avec le site Canva.com. Il est possible de se créer gratuitement un compte education avec l’adresse académique. Cela permet de créer des espaces de classe, dédié à chaque projet, dans lequel partager des modèles, ainsi que de récupérer les créations des élèves et les corriger/partager simplement. Avec le compte education, les éléments premium sont accessibles gratuitement.

Lire la suite…

Séance Booktrailer : nouvelle mouture

Cela fait bien longtemps que je propose aux élèves de réaliser des booktrailers, ces bandes-annonces de livre qui permettent de façon créative et numérique de rendre compte d’une lecture.

Cette année, deux classes se sont prêtées à l’exercice, ce qui m’a permis de tester différents supports et réajuster la séquence en conséquence.

Modalités :

  • discipline : lettres
  • niveau : cycle 4 (5e et 4e)
  • effectif : 24 élèves
  • durée : 2 x 55 min (d’affilée idéalement) + 55 min
  • lieu : CDI si demi-groupe, salle informatique si classe entière + salle ordinaire pour projection des productions
  • matériel : vidéoprojecteur, ordinateurs connectés à Internet, 1 compte Adobespark pour l’ensemble de la classe (+ idéalement : écouteurs), fiche élève

Objectifs :

  • synthétiser l’intrigue d’une histoire en identifiant personnages et actions principales
  • exprimer un avis personnel argumenté
  • associer texte, image et son pour convaincre
  • produire une réalisation qui utilise des œuvres d’autrui, dans le respect du droit d’auteur

Évaluation :

Les élèves sont invités à s’auto-évaluer au cours de la séquence grâce aux critères présents sur leur fiche. L’évaluation finale est réalisée en concertation avec la prof de lettres. Il s’agit d’une note s’appuyant sur la grille reprenant les critères d’auto-évaluation, ainsi qu’une évaluation par compétences, s’appuyant sur le Socle commun et sur le CRCN.

  • Socle commun :
    • Domaine 1 : Les langages pour penser et communiquer
      • Compétence du programme : Lire
        • Contrôler sa compréhension, devenir un lecteur autonome
      • Compétence du programme : Comprendre le fonctionnement de la langue
        • Consolider l’orthographe lexicale et grammaticale
  • CRCN :
    • Domaine 3 : Création de contenu
      • Compétence 3.2 : Développer des documents visuels et sonores
        • Produire et enregistrer un document multimédia
      • Compétence 3.3 : Adapter les documents à leur finalité
        • Appliquer les règles du droit d’auteur, du droit à l’image et du droit à la protection des données personnelles
Lire la suite…
Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes : ,

CAFFA : rapport d’activité, mémoire et soutenance

juin 17, 2021 3 commentaires

Suite à mes expériences dans l’animation, la formation continue et l’accompagnement, et afin d’améliorer et enrichir mes compétences de formatrice autodidacte, je me suis lancé le défi d’obtenir la Certification d’Aptitude aux Fonctions de Formateur Académique. Le CAFFA permet d’obtenir le statut de PFA, professeur formateur académique. Je viens d’être déclarée admise !

Parce que je me suis aidée des documents publiés en ligne par les collègues des sessions précédentes, je partage à mon tour mes dossiers, afin d’éclairer qui en aurait besoin.

La première année, pour être admissible, il est demandé d’établir un rapport d’activité, suivant un modèle très précis, et de défendre sa candidature devant un jury, composé de 4 examinateurs (1 inspecteur du 2nd degré, 1 inspecteur du 1er degré, 1 chef d’établissement et 1 PFA). La seconde année, on suit une formation annualisée de 48h, réparties sur 16 lundis après-midis (pour Paris) et on rédige un mémoire professionnel. L’observation d’une action de formation ou d’accompagnement par un binôme d’examinateurs (inspecteur de discipline + formateur INSPE), ainsi que la soutenance du mémoire devant un jury de 6 examinateurs (inspecteurs du 1er et 2nd degré, chef d’établissement, formateur académique + le binôme précédent), constituent les deux épreuves d’admission (cf. grille d’évaluation critériée).

Lire la suite…
Catégories :Formation Étiquettes :