Accueil > Etudiants 2.0 > Identité numérique des chercheurs

Identité numérique des chercheurs

Faire de la recherche, c’est autant savoir voir (chercher, trouver), qu’être vu. Il ne suffit pas de faire un travail de qualité ; encore faut-il le diffuser, ou du moins le rendre visible.

Pour cela, 2 approches complémentaires:

  1. Mettre en avant le chercheur
  2. Mettre en avant ses travaux


1. De l’utilité de se promouvoir

De manière générale, l’individu sur le Web doit se préoccuper de son identité numérique. D’un point de vue plus spécifique, le doctorant et le chercheur doivent se soucier également de leur identité numérique professionnelle.

Il s’agira alors, non pas de limiter ses traces, mais de leur donner un sens, de les inscrire au sein d’une mise en scène visant l’amélioration de la visibilité du (futur) chercheur et de ses travaux.

Cette mise en scène passe principalement par les réseaux sociaux professionnels. Ces derniers permettent :

  • d’être identifié : contextualisation du CV parmi les « experts/spécialistes », mise en avant de savoirs et de savoir-faire qui fait office de carte de visite. => gain de reconnaissance
  • de communiquer : échanger avec des personnes travaillant sur des thématiques proches favorise l’acquisition de nouvelles compétences, la récolte d’avis pertinents sur ses travaux… => gain de connaissances
  • d’être accessible : constituer un réseau peut faciliter  les sollicitations extérieures (rédaction d’articles, intervention en conférence, voire embauche) => gain d’opportunités


2. De l’utilité de partager

Faire de la recherche n’est pas un acte égoïste, mais s’inscrit dans un projet plus vaste, celui de la contribution aux travaux existants et à venir. Mais encore faut-il que les recherches puissent trouver échos. Le cas du décès d’Ellen Roche en 2001 rappelle la tendance actuelle consistant à considérer que ce qui n’est pas en ligne n’existe pas.

Or il existe différents moyens de partager ses travaux de recherche :

  • les carnets de recherches Hypothèses : blogs en sciences humaines tenus par des doctorants ou des chercheurs, ils relatent l’avancée des recherches sur un sujet particulier. C’est un service gratuit, proposé par le Cléo (centre pour l’édition électronique ouverte, laboratoire du CNRS). Des présentations et des formations sont proposées à différents moments de l’année. Les carnets de recherches sont indexés sur revues.org.
  • les archives ouvertes : pour les mémoires, thèses, articles…
  • les outils de partage en ligne (comparatif à venir) : comme scribd, issuu, calameo, slideshare…


A savoir, l’Université du Québec à Montréal (Ca) et celle de Southampton (RU) ont démontré que les publications scientifiques en libre accès sont les plus susceptibles d’être citées, et donc de devenir à terme des références en leur domaine.

(Futurs) chercheurs, votre avenir et celui de vos travaux sont dans le libre accès !

Publicités
Catégories :Etudiants 2.0 Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :