La semaine de la presse organisée par la classe médias

Cette année, Laura Mougel, professeur d’histoire-géographie, et moi-même avons proposé aux élèves de la classe médias (6e) d’organiser la semaine de la presse au collège !

Après avoir rapidement présenté la SPME comme étant une semaine dédiée à la sensibilisation des élèves à l’information afin de développer l’envie de suivre l’actualité et comprendre le système médiatique, un brainstorming a été lancé pour réfléchir aux activités qui pourraient remplir ces deux missions et toucher le plus de collégiens durant la semaine.

 

Au final, 3 activités ont été proposées :

  • Revue de presse radiophonique pendant la récréation

Deux élèves ont écrit une trame à compléter chaque jour en fonction des actualités. Il s’agissait de présenter par binôme 3 gros titres issus de la presse du jour (accessible via lirelactu.fr) au micro, lors de la récréation de l’après-midi. La trame était donnée lors de la récréation du matin. Un point prévisions météo concluait l’intervention.

A télécharger : Trame de la revue de presse radiophonique

Bilan :  Cette activité a fait son petit effet ! A la première intervention, toute la cour s’est arrêtée, essayant de comprendre de quoi il s’agissait. En fonction de leur localisation (cour ou bâtiment) et de l’assurance de la voix des journalistes, le propos était plus ou moins audible. Dans tous les cas, ce fut l’activité qui a le plus plu aux collègues professeurs ! Certains nous demandant s’il n’était pas possible de le faire chaque jour (chaque semaine ?). Côté coulisse, ça demande de « sacrifier » les récréations. En effet, pour que l’activité ait du sens pour tout le monde, il faut s’assurer que les gros titres soient compris. Du coup, toute la récréation du matin, dédiée au travail préparatoire, servait cet objectif, et lors de la récréation de l’après-midi il fallait accompagner les élèves au micro, car « il est hors de question qu’ils y aillent seuls »… On a ainsi détourné le dispositif « alerte attentat » en donnant une portée pédagogique à cette installation 😛

 

  • Quiz kahoot

Deux élèves ont créé un QCM sur les médias et l’information. Après validation, ils l’ont mis en forme sur kahoot, un site web qui permet de rendre très dynamique les participants d’un quiz. Le jour J, lors de la récréation, le CDI a été « privatisé » pour les seuls participants du quiz (une trentaine), répartis par groupe de 2 à 3, avec chacun une tablette (celles du CDI) ou un ordinateur. Les deux organisateurs, depuis mon ordinateur, ont géré le défilement des questions. Les gagnants ont reçu un magazine au choix (parmi ceux du kiosque presse).

A découvrir (nécessite un compte Kahoot pour lancer le jeu) : version 1 proposée lors de la SPME / version 2 proposée lors de la visite des CM2

Bilan : On a été un peu pressées par le temps et on ne s’est pas montrées très exigeantes sur le choix des questions et des réponses. Du coup, ces dernières se sont trouvées être trop faciles, voire peu pertinentes, à notre goût (de profs), mais ont énormément plu aux élèves qui n’ont pas cessé de demander tout le reste de la semaine « on refait le kahoot ? ». Pour la présentation de la classe média lors de la visite des CM2, on a retravaillé le quiz.

 

  • Concours sur l’actualité

Enfin, deux autres élèves se sont chargées de créer un questionnaire sur l’actualité de septembre à mars, sous forme de QCM papier. Les élèves avaient toute la semaine pour glisser leur bulletin complété dans l’urne décorée pour l’occasion. A la fin de la semaine, les deux organisatrices ont corrigé les bulletins et ont offert aux 14 gagnants qui avaient fait un sans faute un magazine de leur choix, parmi ceux du kiosque presse.

A télécharger : le questionnaire (imprimé deux pages en une, donc au format A5 après passage au massicot)

Bilan : Au total, le concours a réuni 25 participants dont 13 gagnants. La grande partie des élèves étaient de niveau 6e, ceux-là mêmes qui fréquentent assidûment le CDI.

 

Et pour permettre à tout le monde de connaître les différentes activités lors de la SPME, d’autres élèves ont créé des affiches avec Piktochart. Elles ont été placardées dans la vitrine du CDI, dans le préau et la salle de permanence. Une version numérique a été mise en ligne sur le site du collège.

 

BILAN :

Il est vrai que ma collègue et moi avons (un peu) orienté les élèves lors du brainstorming afin qu’ils soumettent ce type d’activités. Cependant, on les a laissés libres dans la réalisation ou le choix des questions/sujets à traiter.

J’ai pour ma part beaucoup aimé cette activité, car je trouve qu’elle permet aux élèves de la classe médias de devenir des ambassadeurs. Or on parviendra plus facilement à faire réfléchir les enfants sur ce que sont les médias et l’information, si ce sont leurs camarades qui les interrogent ! Bref, je pense que c’est une séance à refaire l’année prochaine et effectivement on réfléchit comment on pourrait faire un point actu radio hebdomadaire.

 

La classe médias a également eu la chance de participer à l’émission « rue des écoles » sur France culture, le dimanche, veille de la SPME. Merci encore à notre marraine Louise Tourret pour cette année !

Publicités
Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes :

Escape games au CDI : le Club Des Infospecteurs a des missions pour vous !

En 2015, et à la suite de ma première expérience d’escape game, j’avais proposé en fin d’année scolaire aux élèves de 6e un jeu intitulé CDI Escape, pour réviser l’ensemble des compétences info-documentaires. Néanmoins, il s’agissait plus d’un jeu de piste que d’un véritable jeu d’évasion : pas de scénario, ni de chronomètre, une recherche linéaire (l’indice 1 conduisant à l’indice 2 qui conduit à l’indice 3…).

Depuis, j’ai joué à d’autres escape games, ai découvert le super escape game au CDI de Mali,  et dans ma tête ont germé de nouvelles idées. Je vous présente donc le Club Des Infospecteurs !

 

Scénarios :

 

logo_infospecteur_transparent

Le Centre de Documentation et d’Information n’est qu’une couverture pour le Club Des Infospecteurs, une organisation secrète dont le but est de prévenir et déjouer les complots de l’information. A sa tête, la professeur-documentaliste est chargée de recruter les agents secrets, experts en recherche d’information, et de les aider dans la bonne exécution de leurs missions.

 

Actuellement, deux missions sont proposées :

missionsclub1

 

« Le Club Des Infospecteurs recrute » est un escape game virtuel, réalisé en combinant des décors créés avec Pixton, des jeux Learningapps et un assemblage permettant le « point and click » avec Genial.ly.

 

 

missionsclub2

 

 

 

« Menace sur les mangas » est un escape game en conditions réelles. Il s’appuie sur une interface combinant des vidéos réalisées avec Tellagami, un chronomètre sur Youtube (montage effectué avec VSDC), un module Learningapps et plein d’autres énigmes à résoudre en manipulant des livres (notamment, mais pas que !).

 

 

 

Compétences :

Ces deux jeux d’évasion reprennent des compétences de base de la recherche documentaire papier. Les objectifs, identiques à ceux du jeu sérieux Missions IRD, sont :

    • identifier et localiser les différents espaces du CDI
    • distinguer fiction et documentaire et leurs différents types
    • identifier les éléments d’identification (auteur, titre, éditeur) d’un document
    • se repérer dans le classement des cotes de fiction et de documentaire, pour trouver et ranger un livre
    • utiliser esidoc, la base en ligne du CDI, pour trouver un document
      • identifier un mot-clé simple
      • affiner les résultats d’une recherche
      • lire une notice
    • retrouver un document (fiction ou documentaire) grâce à sa cote
    • chercher une définition dans le dictionnaire (uniquement dans la mission « menace sur les mangas)
    • utiliser les outils du livre (sommaire, glossaire, index) pour localiser une information précise (uniquement dans la mission « menace sur les mangas)

Lire la suite…

Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes : ,

DSA : 4h pour écrire un article et publier un magazine

Modalités :

  • contexte :  DSA
  • nombre d’élèves : 6
  • niveau : 5e
  • lieu : CDI
  • durée : 4 séances de 55 min
  • matériel : tableau blanc, vidéoprojecteur, 6 ordinateurs avec connexion internet, compte madmagz (freemium ou premium)
  • réalisation finale : un magazine numérique regroupant les articles individuels sur le sujet de leur choix

 

Objectif :

  • Suivre les étapes de la recherche documentaire pour répondre à un besoin d’information

 

Compétences :

  • Questionner un sujet
  • Prélever des informations pertinentes pour compléter un document
  • Restituer une information et développer un point de vue personnel
  • Synthétiser une information (trouver un titre)
  • Participer à une production coopérative multimédia en prenant en compte les destinataires

Lire la suite…

Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes :

Prix Tatoulu au collège : activités autour de la lecture

Présentation du prix

Tatoulu est un prix littéraire de jeunes lecteurs, organisé par l’association du même nom, constituée d’enseignants, de libraires, d’éducateurs, d’animateurs et de passionnés de lecture. Cette année, il s’agissait de la 24e édition.

Tatoulu propose pour huit profils de lecteurs (niveaux d’âge et de classe indicatifs, mais non exclusifs) une sélection de six ouvrages jeunesse contemporains, à lire entre novembre et avril. En mai, chaque élève vote pour son livre préféré. Les résultats sont annoncés lors de la remise du prix en juin à Paris. Dans le cadre du prix, sont également organisées des formations de médiateur (pour les enseignants et animateurs) et des rencontres-débats (pour les élèves).

Cela fait trois ans que ma collègue professeur de lettres inscrit sa classe au défi. Cette année, elle a convaincu quatre autres collègues de se rallier à l’aventure. Ainsi, quatre classes de 3e ont participé au prix, ainsi qu’une classe de 5e.

Mon rôle en tant que professeur-documentaliste est de co-animer les séances de débat et de promotion de lecture. Je me charge également de tout ce qui est relatif aux productions numériques

 

Activités proposées

Nos élèves sont de très petits lecteurs. Ils choisissent leurs livres en fonction du nombre de pages et ont beaucoup de mal à lire sans être accompagnés. Afin de stimuler la lecture, nous avons organisé différentes activités :

  • boîte à idées : au cours de leur lecture et sans temps collectif dédié, les élèves volontaires sont invités à écrire leur ressenti de façon anonyme sur un bout de papier qui est glissé dans une boîte transparente. Lors d’une table ronde, la boîte est ouverte et les impressions sont lues tour à tour. Elles permettent d’ouvrir le débat.
    Par exemple, sur un papier il était écrit « c’est trop triste » (et rien d’autre). Au lieu de demander qui l’a écrit et lui demander des explications, la professeur de lettres à demander à l’ensemble de la classe « à votre avis de quel livre peut-il s’agir et pourquoi ? », « quelles émotions attachez-vous aux autres livres ? »…
  • lecture d’extraits : rien de mieux pour rentrer dans un livre qu’une lecture à voix haute d’extraits. Cette activité a surtout été menée avec les 5e en petits groupes (les élèves étant soit auditeurs, soit à leur demande lecteurs). S’en suivait une série de questionnements pour comprendre les éléments du texte (qui parle ? où et quand cela se passe l’histoire ?…), mais aussi pour stimuler la curiosité (« à votre avis, que peut-il bien se passer ensuite ? »)
    Pour l’année prochaine, on aimerait s’inspirer de la « machine à lire« , et proposer à nos élèves (même les plus grands !) des enregistrements de lecture à voix haute afin de mieux les accompagner. Certains des extraits seront entendus en classe et d’autres seront mis à disposition sur l’ENT.
  • rencontre avec des auteurs : deux rencontres ont été organisées, l’une avec Cécile de Roumiguières (S’aimer et Les Fragiles), l’autre avec Irène Cohen-Janca (Fils d’Antigone).
    Bien que les rencontres aient eu lieu au mois de mai, beaucoup d’élèves n’avaient pas lu les livres des auteurs. Les échanges ont donc été difficiles à mettre en place, notamment du fait d’un désintérêt trop visible de certains d’entre eux, mais aussi car nous avions prévu des groupes trop importants (entre 35 et 40 élèves par créneau). Pour notre deuxième essai, n’ont participé que les élèves ayant lu le livre ou motivés par la rencontre (dizaine d’élèves par créneau). Cela a effectivement mieux fonctionné !

 

  • épreuve orale du brevet : parcours d’éducation artistique et culturel
    Après avoir expliqué en quoi consistait l’épreuve orale du brevet aux élèves de 3e, nous avons présenté comment se structurerait cette épreuve s’ils choisissaient de soutenir sur le Prix Tatoulu dans le cadre du PEAC.

    • Introduction : 
      • Je me présente.
      • Je présente le Prix Tatoulu : historique et objectifs.
      • Je justifie mon choix de sujet.
      • J’annonce le plan que je vais suivre.
    • Présentation du projet / sujet :
      • Quelle est la production finale ?
    • Présentation de la démarche :
      • Les étapes d’élaboration et de réalisation du projet : analyse de la complémentarité fond/forme, de l’intentionnalité
      • Ce que j’ai appris grâce à ce projet : analyse des difficultés rencontrées et des enjeux
    • Conclusion :
      • Je dis clairement ce que m’a apporté le projet (retour sur l’expérience personnelle de lecteur : qualification de ses lectures (lieu, fréquence, moment, quantité…) et de son évolution avec le prix) et suis capable de me justifier

Plusieurs productions numériques ont été proposées à la réalisation aux élèves. Pour chacune, une démonstration a été effectuée. Chaque type de production est associé à une fiche de travail préparatoire qui a été distribuée aux élèves volontaires. Une fois cette dernière complétée, les élèves ont par la suite pris des rendez-vous pour l’aide à la conception.

 

Exemples de production

Première de couverture

Première de couverture

Illustration pour réinterpréter la première de couverture.

Fiche d’aide à la création à télécharger.

 

 

 


Ecoutez un extrait du roman George, d’Alex Gino (p.73-74), lu par Mme Youssouf.

Fiche d’aide à la création à télécharger

 


Booktrailer

Booktrailer (avec Adobe Spark video)

Bande annonce du roman « Mister Orange » (Tatoulu 5e)

Fiche d’aide à la création à télécharger

Réalisation d’élèves : booktrailer de Fatou sur Visages Pâles

 

 


Booktube

Booktube

Critique vidéo du roman « George » (Tatoulu 3e), par « Le cahier de lecture de Nathan »

Fiche d’aide à la création à télécharger.

 

 

 


Pêle-mêle visuel et sonore

Pêle-mêle visuel et sonore (avec Padlet)

Plongez-vous dans l’ambiance du roman « Barracuda for ever » (Tatoulu 3e).

Fiche d’aide à la création à télécharger.

Réalisation d’élève : Mur d’ambiance de Léa sur Fils d’Antigone

 


StoryMap

Cartographie du roman (avec StoryMap)

Retrouvez sur une carte les étapes du roadtrip de « Visages pâles » (Tatoulu 5e)

 

 

Bilan

A trop axé sur l’épreuve du brevet et la réalisation d’une production, nous n’avons pas suffisamment exploité la sélection choisie selon l’objectif initial du prix Tatoulu : les débats. De plus, sur près de 80 élèves de 3e, seuls 4 d’entre eux ont opté pour ce projet. Et ce n’était pas les élèves ayant lu le plus de livres ! Dans l’ensemble, nous avons peiné à motiver les élèves à lire les livres. Seul un tiers d’entre eux ont lu plus de la moitié de leur sélection.

Du coup, l’année prochaine, nous souhaitons mobiliser notre énergie sur l’avant lecture (et non l’après, avec des réalisations qui n’ont de sens que si le livre a été lu !). La mise à disposition d’enregistrements de lecture à voix haute nous semble une option à tester. Résultats à suivre pour l’année prochaine !

Catégories :Séances pédagogiques Étiquettes :

Gestion des manuels scolaires dans BCDI : pourquoi ? comment ?

En attendant de pouvoir m’en débarrasser comme Grekova Parrot, les manuels du collège sont gérés avec BCDI, évaluation de l’état et impression de codes-barres compris. Petit retour sur les questions que je me suis posées avant et pendant la mise en place de ce système.

 

Pourquoi informatiser le prêt des manuels ?

Contexte : Quand je suis arrivée dans le collège, il y a 6 ans, les manuels étaient distribués par les CPE. Dans un tableau, avec en première colonne les noms des élèves de toute la classe et en première ligne les disciplines, les surveillants et CPE marquaient dans les cases centrales l’état des manuels remis. La distribution était assez rapide, mais la récupération était chaotique. Comme il était impossible d’identifier à qui appartenaient les manuels, le dernier jour, certains élèves piquaient des livres en réserve pour faire comme s’ils étaient à eux (on avait donc plus de retours que de retournés !), ce qui évitait aux chapardeurs d’avoir à payer un remboursement pour dégradation abusive ou perte. Certains allaient même jusqu’à voler les manuels de leurs camarades, notamment ceux en bon état. J’ai trouvé ça injuste par rapport aux élèves qui prenaient soin de leurs livres. Et quand les CPE ont muté, je m’en suis mêlée !

Dans un premier temps, j’ai tout exemplarisé à la main (aidée avec plus ou moins d’efficacité et de bonne volonté par les surveillants). Le problème, c’est que l’erreur étant humaine, il s’est avéré que parmi les milliers de manuels rentrés dans la base BCDI, une quinzaine de numéros ont été soit inscrits sur deux manuels différents, soit illisibles à la relecture. Ça a donné des couacs, mais les vols et les dégradations ont sensiblement diminué.

 

Pourquoi utiliser BCDI ?

Prendre l’initiative d’exemplariser les manuels, c’était me jeter dans la gueule du loup. Je suis devenue « cheffe manuels ». Alors pourquoi renforcer cette idée en passant par BCDI, le logiciel des profs-docs exclusivement ?

La première année durant laquelle on a expérimenté les manuels (juste pour les 6e), il s’agissait justement de tester et donc d’évaluer si l’exemplarisation permettrait la baisse des vols et des dégradations. Il était donc bien plus facile de faire avec les outils que je maîtrisais déjà et hors de question d’investir tant que l’efficacité n’était pas prouvée.

Cette année, et pour limiter les couacs de l’écriture manuscrite, j’ai voulu passer aux codes-barres. Et comme l’impression et le collage de ces derniers pouvaient se faire par une entreprise extérieure, je me suis dit que c’était l’occasion de passer le relais ! C’était sans compter les habitudes de commande de l’intendante, qui ne voulait pas changer de fournisseur pour les manuels. Le fournisseur en question a un partenariat avec une entreprise proposant un SIGB (système intégré de gestion de bibliothèque). On me propose donc une version de démonstration. Je n’ai pas du tout été convaincue. Le logiciel, même si possiblement accessible en version web (atout pour une connexion hors CDI), n’était pas du tout intuitif, ni multi-session (ou à un prix exorbitant). Or mon but est d’arriver à un partage de tâche avec les collègues. Du coup, retour sur BCDI, dont les fonctionnalités d’emprunt et de retour sont facilement maîtrisables par tout un chacun (cf. les élèves ambassadeurs du CDI).

Lire la suite…

Catégories :Boîte à outils, CDI Étiquettes : ,

Infographie : Bilan d’activités du CDI 2017/2018

Comme chaque fin d’année, la question de dresser le bilan se pose. Le bilan permet de prendre du recul sur ses pratiques, d’avoir une vision d’ensemble des actions engagées et de communiquer sur ces dernières. C’est donc autant un outil pour le professeur-documentaliste lui-même, que pour l’ensemble de la communauté éducative.

Le problème, c’est que faire le bilan est chronophage et qu’en fin d’année, nombreuses sont les tâches à effectuer (récupération des manuels, inventaire, désherbage des archives…). Alors cette année, j’ai visé l’efficience : pas question de rédiger un rapport de 10 pages qui au mieux traînerait sur le bord d’un bureau pour être lu plus tard (cf. Bref, je remets tout à demain), au pire disparaîtrait dans le flot des emails reçus non lus. J’ai donc repris l’idée que des collègues expérimentent depuis quelques années : l’infographie !

 

Avantages : Une infographie ne dispense pas de réfléchir en amont au bilan que l’on a à dresser. La partie auto-évaluation reste nécessaire et primordiale. L’infographie synthétise l’essentiel en se passant des formules littéraires : on perd donc moins de temps à les écrire et à les lire. Par son graphisme coloré, c’est une forme qui attire l’oeil et la curiosité. Enfin, c’est toujours une façon de promouvoir ses compétences en TICE et par rebond de susciter des idées de collaboration pédagogique !

Inconvénients : Tout ne peut être intégré. Des choix sont donc à effectuer : ainsi, pour ma part, pas de mention des axes de la politique documentaire par exemple. Réaliser une infographie reste une tâche longue, afin d’associer au mieux forme et contenu (ici, 2h de mise en forme, à partir d’un modèle de base). Elle peut être difficilement imprimable, si elle n’est pas pensée dès le début en multiple de format A4.

Lire la suite…

Catégories :CDI Étiquettes :

Outils pour une veille avancée

Dans le cadre du PAF, j’ai mené une formation « de la veille à la curation de contenus » en février. Le support a peu changé par rapport à celui qui a été co-réalisé avec Elia Martinez et utilisé l’année dernière. Cependant, des ressources complémentaires ont été proposées via la plateforme M@gistere (plateforme nationale qui vise à hybrider les formations et à mutualiser les parcours). En voilà le récap’ !

FAQ technique :

  • Comment multiplier les sources, tout en se concentrant sur une thématique unique ? → Google news et Google Alertes
  • Comment intégrer dans Feedly (compte freemium) des flux RSS de Google ? → Rssmix
  • Comment ne pas rater les « meilleurs » tweets de la journée ? → The Tweeted Times
  • Comment suivre des tweets dans l’agrégateur de flux (sans compte Twitter et en contournant le proxy) → TwitRSS.me
  • Comment surveiller un site web qui ne propose pas de flux rss ? → Five Filters
  • Comment combiner, filtrer des flux RSS ? → pipes.digital

Lire la suite…

Catégories :Boîte à outils Étiquettes :